Quelques lignes pour vous raconter notre parcours concernant notre petit garçon autiste Ruben âgé de 6 ans. Il est scolarisé en grande section de maternelle pour la seconde année et ce sera certainement la dernière année car nous ne savons toujours pas où il sera à la rentrée prochaine faute d’une prise en charge adaptée pour l’aider à progresser. C’est par une maman que nous avons connu l’association et très vite les interventions de Claire Mallet, psychologue, se sont mises en place. Voilà 4 mois qu’elle nous accompagne et nous guide dans notre quotidien. Les séances de travail nous permettent de mettre en place des rituels que Ruben accepte un peu plus chaque jour. Au niveau du langage, c’est impressionnant comme ses demandes sont de plus en plus précises et les échanges deviennent un peu plus élaborés. Malgré tout, les comportements stéréotypés de Ruben restent très présents MAIS avec les conseils permanents de la psychologue, cela nous aide REELLEMENT au quotidien.Voilà pourquoi nous tenons à vous remercier car notre famille a désormais de l’aide. Cette démarche reste possible grâce à l’association. Tout ceci pour aider nos enfants. Merci.

Parents de Ruben
Nicolas bénéficie du soutien de l’association "Nos Enfants d’Ailleurs" depuis octobre 2015. En 7 mois, ses progrès sont spectaculaires. Il commence à parler, il commence à gérer ses frustrations et les crises diminuent. Il a pu acquérir une place d’élève dans l’école de son village. Un Grand Merci.

Parents de Nicolas
Anthony est suivi par Claire depuis le mois d'octobre 2015. Nous avions opté pour un suivi ABA car, selon les informations que nous avions obtenues, c'était la meilleure méthode éducative pour réussir à aider notre petit garçon dans sa découverte d'un monde qu'il a bien du mal à appréhender du fait de son handicap. Son monde tourne autour de nombreux lieux de vie, comme la maison, l’école, le parc où il va faire du poney, la rue, etc. et Claire fait un travail fantastique dans chacun de ces différents environnements. 

Anthony a fait de nombreux progrès, principalement dans ses capacités à écouter, à attendre son tour, à communiquer avec les images, à pointer du doigt pour se faire comprendre, à jouer seul, à être attentif aux autres, à accepter ses paires. Ces compétences lui ont permis d’être moins hyperactif, de moins crier, de moins taper, de moins s’énerver, de ne plus fuir tête baissée si on le lâche. Son niveau de frustration est redescendu et toute la famille s’en porte beaucoup mieux. Il faut dire aussi qu’en tant que parents, nous recevons des orientations pour adapter notre comportement et cela nous permet de donner une continuité à la thérapie dans tous les moments de la vie quotidienne. 

 Sans l’aide financière de l’association "Nos Enfants d’Ailleurs" nous n’aurions pas pu offrir cette prise en charge à Anthony et nous aurions probablement baissé les bras à de très nombreuses reprises. Ce sont bien plus que des remerciements, pour vos efforts en tant qu’entreprise partenaire, que nous vous communiquons ici. C’est une vie plus facile à supporter que votre solidarité contribue à nous offrir. C’est le but réel de cette prise en charge et c’est un but que nous atteignons petit à petit.

Lily et Sébastien
Un immense merci pour le soutien financier apporté à l’association "Nos Enfants d’Ailleurs" qui va permettre de poursuivre l’accompagnement éducatif proposé à nos enfants. Cet accompagnement est très important pour mon petit garçon Mika, âgé de 5 ans, qui a fait d’énorme progrès depuis l’intervention à domicile mise en place cet automne. Mika présente un retard global important mais ses progrès encouragent de nouvelles envies de communiquer, d’explorer, d’agir. La poursuite de cet accompagnement, grâce à ce soutien, est une véritable chance pour notre enfant.

Nathalie
Rayan est un petit garçon de 4 ans. Il ne parlait pas, il était complétement dans sa bulle avec de gros troubles du comportement. Nous avons mis en place de l’orthophoniste et des séances de psychologue mais sans grands succès. Nous avons appris l’existence de l’approche ABA. Nous avons de suite compris que ce serait la meilleure solution pour notre fils pour augmenter ses chances dans l’apprentissage de la vie et ce ne serait que bénéfique pour son autonomie. Quelques mois ont passé, Rayan a bien changé. 

Actuellement, nous sommes suivis par Claire Maillet pour un accompagnement éducatif basé sur l’analyse appliquée du comportement ABA. Personne très dynamique et très investie, elle accompagne Rayan dans ses progrès. Aujourd’hui, Rayan commence à parler surtout en écholalie mais quel bonheur d’entendre enfin (MAMAN PAPA) et comment fondre en larme avec un (je t’aime maman) si longtemps attendu. Il commence aussi à jouer avec ses frères et sœurs (cache-cache et accepte d’attendre les règles). 

 Maintenant, il sait répondre a des consignes simples et je le vois s’intéresser et s’ouvrir au monde qui l’entoure. Rayan va à l’école maternelle, nous avions commencé par 2 fois 1h 30 par semaine. Aujourd’hui, il est capable d’aller 2h par jour sur 5 jours de 8h30 à 10h30 avec son AVS. Il y a beaucoup moins de crise et de cris il participe de plus en plus aux comptines qu’il apprécie, fait des ateliers autonomes. Il accepte la recréation et les jeux en salle de motricité, chose impensable il y a quelque mois en arrière. Ça nous a changé la vie, le cocon familiale est plus calme, moins stressé et quel plaisir de voir notre petit garçon s’ouvrir, s’épanouir, avoir le sourire et être heureux. De tout coeur, merci.

Christelle
On constate des progrès chez les enfants, dans le comportement, la communication, le rapport aux autres. Antonin a récemment été vers un groupe d’enfants pour tenter de jouer avec eux, c’est la première fois. Il accepte d’aller aux toilettes et de rester dessus, il n’a plus peur à ce niveau, c’est un début encourageant pour nous. Il manifeste de l’habileté et de l’envie dans les jeux de table que propose Claire. Il aime jouer avec elle, lui montrer qu’il fait des progrès. Claire sait parfaitement composer avec ses moments de disponibilité et avec ses moments plus turbulents. 

C’est un enfant qui change et qui progresse, c’est une grande source de réconfort et de motivation pour toute la famille. Thélio progresse aussi, il est assez proche de la propreté. Hier en voiture et pour la première fois, il a clairement manifesté son envie d’aller aux toilettes en se faisant comprendre par gestes. C’est tout le symbole du travail et de la réussite de Claire avec lui. Il a un comportement de plus en plus « classique » à table, lors des balades, en voiture, dans les rapports aux autres, et manifeste une attirance particulière pour les animaux, il « voit » aussi davantage les autres, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques mois. Mais dans les derniers mois, l’apport le plus conséquent de Claire a été je crois sur nous, les parents. Son intervention permet de mieux éduquer les enfants, de mieux communiquer avec eux et de se sentir utile et en progrès, ce qui nous fait avancer. 

 Elle a demandé ma présence et mon intervention fréquente ce que j’ai fait en modifiant mes habitudes de travail, donc de vie. Cela a permis de créer un autre lien, plus étroit, plus fort, plus utile avec les enfants et me permet de débuter un rôle de papa épanouissant.

Frank
Corinne 46 ans, Sylvain 43 ans, parents de Nicolas 5 ans avec un trouble du spectre autistique et trouble sévère du langage diagnostiqué par le CAMPS en 2014 et par le CRA en 2015. Notre fils est suivi par un hôpital de jour (CATTP) depuis 1 an et par une orthophoniste depuis 2 ans. En janvier 2015, sa prise en charge par des professionnels (CATTP, orthophoniste et l’école) ne représentait que 5 heures par semaine. 

Comment Nicolas peut-il progresser avec peu de soins ? L’avenir de notre enfant serait-il dans un IME ? L’hôpital de jour est un centre inadapté au handicap de notre fils. Nous sommes confrontés à des professionnels non spécialisés dans l’autisme. Nous n’avons pas accès aux soins appliqués à notre enfant. Aucun bilan n’a été réalisé ni de projet éducatif personnalisé. De plus, aucun travail d’équipe n’est mis en place avec la famille, l’école et les professionnels. Nous avons donc décidé de contacter l’association Nos Enfants d’Ailleurs. 

Nous avons rencontré des personnes très compétentes dans l’autisme et ils nous ont accordé une écoute très attentive. Ils nous ont présenté la méthode ABA : enfin un espoir pour l’avenir de notre enfant dans la société. Malheureusement, le manque de moyens financiers et le manque de reconnaissance sur cette approche par notre société font que l’Unité créée par cette association ne peut accueillir que 8 enfants. Pour nous c’est une injustice ! Un an après notre rencontre avec l’association, le travail, la persévérance, la motivation, l’obstination et l’amour pour ces enfants leur ont permis de mettre en place un projet sur l’approche ABA à domicile avec des professionnels spécialisés dans l’autisme. Ce projet concerne 6 familles. Nicolas a la chance d’en bénéficier. En trois semaines de soins, les progrès ont été spectaculaires. 

Nicolas est un petit garçon souriant et très motivé dans l’apprentissage. Son langage s’est développé. L’intervenante ABA se rend dans l’école pour apporter de l’aide à l’enseignante. Nicolas a un statut d’élève au sein d’une l’école maternelle et il apprend. Aussi, l’intervenante est en contact avec l’orthophoniste. Nous avons eu par écrit un bilan et un projet éducatif personnalisés. Nous avons accès aux soins et nous sommes impliqués dans l’approche au quotidien. C’est un vrai travail d’équipe entre la famille et les professionnels.

Maman et papa de Nicolas